Capacité de discernement dans la pratique médicale

ASSM » Éthique » Aperçu des thèmes » Capacité de discernement

La capacité de discernement est un préalable essentiel à la validité du consentement d’une patiente ou d’un patient à un traitement médical. Le fait de déclarer qu'une personne est capable ou incapable de discernement a des répercussions profondes. Toutefois, les professionnels de la santé se heurtent souvent à de grandes incertitudes lors de l’évaluation de cette capacité. Avec ses directives médico-éthiques, l’ASSM propose un soutien destiné à la pratique.

La capacité de discernement joue un rôle essentiel dans les processus décisionnels concernant un traitement médical. En principe, cette capacité est présumée; toutefois, en cas de doutes fondés, elle doit faire l'objet d'une évaluation. 

 

Une étude portée à l'attention de la Commission Centrale d'Éthique (CCE) de l'ASSM a révélé les profondes incertitudes des médecins lors de l'évaluation de la capacité de discernement, voir Biller-Andorno N, Trachsel M: Decision-making incapacity at the end of life and its assessment in Switzerland.

 

En s’appuyant sur les résultats de cette étude, l’ASSM a élaboré des directives médico-éthiques. «La capacité de discernement dans la pratique médicale» propose un soutien à tous les professionnels de la santé chargés de cette tâche. Le document énonce des principes à respecter lors de l'évaluation de la capacité de discernement et décrit la procédure d'évaluation en général et dans quelques domaines médicaux spécifiques (par exemple médecine de famille, médecine d'urgence et médecine intensive, soins palliatifs).

 

 

Les directives médico-éthiques de l'ASSM peuvent être commandées gratuitement sous forme de brochure (en allemand et en français). Elles sont aussi disponibles en anglais et en italien en format PDF. Le U-Doc est également publié dans les quatre langues susmentionnées. Vers les publications

 

 

CONTACT

lic. iur. Michelle Salathé
Responsable du ressort Éthique