Prise en charge des personnes atteintes de démence

ASSM » Éthique » Aperçu des thèmes » Prise en charge des personnes atteintes de démence

En Suisse, environ 150'000 personnes sont atteintes de démence. La Confédération et les cantons ont fixé, dans la stratégie nationale en matière de démence, des objectifs destinés à améliorer la qualité de vie de ce groupe de patient.e.s en constante augmentation, à réduire les contraintes et à garantir la qualité de la prise en charge. L'ASSM contribue à cette intiative avec les directives médico-éthiques «Prise en charge et traitement des personnes atteintes de démence» publiées en 2017.

L'évolution de la démence – souvent combinée à des maladies somatiques et psychiques chroniques – est difficilement prévisible et s'étend sur des années. L'absence de capacité de discernement à un stade avancé, les troubles du comportement liés à la maladie, la charge pour les proches ou des contraintes particulières au niveau des soins peuvent exiger des décisions difficiles et soulever des conflits éthiques.

 

Dans ce contexte, les directives médico-éthiques de l'ASSM proposent une orientation pratique.  Elles s'adressent aux médecins, soignant.e.s et autres thérapeutes et se veulent complémentaires à la Stratégie nationale en matière de démence (2014-2019), dont la mise en œuvre a constitué une condition préalable indispensable à l'applicabilité des directives.

 

Le thème principal du Bulletin ASSM 2/2017 était consacré à la démence; il offre une vue d’ensemble du contenu des directives.

Exemple de cas

L'exemple pratique suivant a été publié dans la revue Primary and Hospital Care dans le cadre d’une série d’articles destinés à la présentation d’une sélection de directives. À l'aide d’exemples tirés de la pratique quotidienne des médecins, les lectrices et les lecteurs sont introduits aux différents thèmes. La 6e partie de cette série était consacrée à la prise en charge et au traitement des personnes atteintes de démence.

 

Vous trouverez ici tous les exemples de cas liés à des directives médico-éthiques telles que l’attitude face à la fin de vie et à la mort, les soins palliatifs ou les directives anticipées, qui ont été publiés à ce jour.

 

 

 

CONTACT

lic. théol., dipl. biol. Sibylle Ackermann
Responsable du ressort Éthique